Pratt & Whitney Canada est généralement considérée comme un endroit idéal où travailler. Il n’est donc pas surprenant que les enfants des employés de longue date se retrouvent parfois à suivre la voie tracée par leurs parents. Nous parlons ici à deux employés pour qui travailler chez P&WC est devenu une affaire de famille.

Le premier souvenir que Kristin Kenny a de Pratt & Whitney Canada remonte à une journée familiale qui avait été organisée à l’établissement de Longueuil (Québec). À l’époque, Kristin était âgée de sept ans. « Mon père et moi y avions observé un moteur qui tournait sur un banc d’essai. À ce jour, je me souviens encore de ce que j’avais alors ressenti devant l’énergie et la puissance dégagées par le moteur », fait-elle observer.

Et c’est sans doute ce jour-là, quand il lui a fait découvrir la technologie de P&WC, que Dave Kenny a fait germer dans l’esprit de la fillette le projet de décrocher un diplôme d’ingénieur à l’Université McGill et des emplois d’été chez P&WC. L’entreprise l’a d’ailleurs embauchée à temps plein dès 1989. Pendant les cinq premières années, elle y a exercé les fonctions de responsable du Service Client pour le programme de développement du moteur PT6. Aujourd’hui, elle est la directrice des Programmes de maintenance payables à l’heure.

David Kenny, directeur, Ingénierie des composantes

David Kenny, directeur, Ingénierie des composantes

Dave, quant à lui, s’est joint à l’entreprise en 1962. Il a été impliqué de très près dans les processus de certification de quelques-uns des premiers modèles de moteur PT6. Quand il a pris sa retraite en 1999, il exerçait les fonctions de directeur, Ingénierie des composantes. Aujourd’hui, il enseigne l’ingénierie à l’Université Carleton à Ottawa.

Kristin affirme que le moteur PT6 lui a procuré une expérience de travail à la fois enrichissante et gratifiante. « En vérité, ce moteur, qui n’a pas son pareil, sert dans un nombre incroyable d’applications un peu partout dans le monde. Aucun autre moteur ne peut se targuer d’être aussi polyvalent et durable », ajoute-t-elle.

Pendant la période où elle s’occupait du moteur PT6, Kristin a rencontré des centaines de clients, que ce soit dans des conférences ou à l’occasion de journées clients. D’après elle, les exploitants du moteur PT6 sont des personnes qui sortent du lot. « Les clients que j’ai rencontrés sont passionnés de pilotage et ils apprécient énormément le moteur PT6. À l’évidence, leur occupation les emballe au plus haut point. Il ne faut pas oublier que ces exploitants sont nombreux à piloter des monomoteurs et, chaque fois qu’ils pénètrent dans le cockpit, ils doivent s’en remettre en toute confiance à leur moteur PT6», précise-t-elle.

Kristin a eu la possibilité de se familiariser avec la plupart des modèles du moteur PT6 et des appareils qu’ils motorisent. « La facilité avec laquelle nous avons pu moderniser ce moteur au fil des ans et faire en sorte qu’il demeure en tête de file témoigne de l’ingéniosité de sa conception modulaire d’origine », ajoute-telle.

Comme pour tous les admirateurs qui se passionnent pour ce moteur et pour l’industrie de l’aviation en général, il est bien entendu que les conversations entre le père et la fille ne tarissent pas à ce sujet. « Ma mère nous a cependant imposé une règle, et c’est que nous ne parlions pas de moteurs à table. Autrement, il n’y en aurait que pour P&WC ! », ajoute Kristin pour conclure.

PHOTO DE COUVERTURE: Kristin Kenny


Commentez cet article