Le pouvoir des médias sociaux

Ce sont les « quartiers généraux » virtuels pour tout ce qui touche au moteur PT6. Ils ont contribué à définir, et à donner une voix à la communauté du moteur PT6 qui s’est révélée être passionnée, diversifiée et mondiale. C’est devenu le lieu de rassemblement où tous les admirateurs du moteur PT6 échangent des informations, des récits et d’autres types de contenu. Il s’agit bien sûr du microsite PT6nation.com qui a été lancé il y a à peine trois ans ce mois-ci. Au cours des 12 derniers mois, PT6nation.com a joué un rôle essentiel dans l'élaboration des célébrations du 50e anniversaire du moteur.

« Dès son ouverture, le microsite dédié au moteur PT6 a connu un franc succès, dit Kathy Roberge, conseillère principale aux communications chez P&WC. L’importance du site pour la communauté PT6 s’est nettement confirmée tout au long de 2013 alors que nous fêtions l’anniversaire de la livraison du premier moteur PT6 en 1963. Nous avons placé le site au cœur de nos activités commémoratives et la communauté PT6 s’est manifestée avec un enthousiasme évident. »

Les amateurs du moteur PT6 inscrits sur le microsite sont les fans de PT6. À la fin de novembre, ils n’étaient pas loin de 3000 à avoir exprimé leur confiance en ce moteur. Ces passionnés du moteur PT6 obtiennent un accès préalable aux vidéos, aux entretiens et aux actualités publiés sur le microsite. On comptait dès la fin de novembre environ 65 000 adeptes et fans du moteur PT6 dans l’ensemble des canaux des réseaux sociaux.

Roberge estime que le microsite s’est avéré être un puissant outil qui a permis aux adeptes du moteur d’échanger haut et fort et publiquement leurs points de vue sur le moteur PT6. « Ce sont évidemment les histoires personnelles publiées sur le site qui ont le plus d’effet, explique-t-elle. Nous nous livrons aussi à des analyses afin de déterminer la "part de voix" que le moteur suscite sur les médias sociaux tous les mois. Nous avons constaté qu’invariablement, la communauté PT6 se mobilise pour que le moteur soit au centre des discussions par rapport à ses compétiteurs, et nous en sommes très satisfaits, sachant que ce degré de soutien vaut son pesant d’or. Cela est représentatif de la valeur du moteur sur le marché et des efforts entrepris par P&WC pour faire du moteur PT6 le produit fiable et durable sur lesquels les clients peuvent compter pour assurer leur retour. »

« Facebook est aussi le canal de communication par excellence des amateurs du moteur PT6 désireux d’entretenir des liens avec la communauté, ajoute Roberge. Nous avons souvent recours à Twitter dans les salons aéronautiques où le moteur est exposé. Il représente pour nous un excellent moyen d’informer le public au sujet des diverses activités en lien avec le moteur que nous organisons couramment dans le cadre de ces manifestations. Twitter est également un moyen très efficace d’établir la notoriété du PT6, car il constitue une tribune ouverte où se déroulent tous les échanges. »

Roberge a bon espoir que la communauté de la Nation PT6 continuera à être pour les amateurs du moteur un lieu de rencontre pendant plusieurs années encore. « Nous envisageons de renforcer les moyens de communication avec nos clients par l’entremise des médias sociaux, précise-t-elle. Nous offrirons aux clients de nouvelles possibilités au fil de l’évolution des technologies. »

Cliquez ici pour apprendre tout ce que les fans du PT6 racontent à propos du moteur.


« Le moteur PT6 a maintenu nos Caravan en vol pendant un nombre incalculable d’heures dans les pires conditions météorologiques et sur les terrains les plus difficiles au monde. Vous ne pourriez pas imaginer un moteur plus fiable et aussi durable. » Nick Cabral, pilote du Cessna Caravan pour Era Alaska, Kotzebue, en Alaska

« Ma vie est entre les mains du PT6A-27 chaque jour que je survole les montagnes accidentées de la Papouasie. Pour piloter un monomoteur comme le Pilatus PC-6 Turbo Porter, aucun autre moteur ne m’inspire autant confiance. » Matt Dearden, pilote de brousse du Pilatus Porter PC-6, Papouasie, Nouvelle-Guinée

« La première fois que j’ai entendu un Quest KODIAK propulsé par un moteur PT6 se mettre en marche, j’ai su que je voulais y collaborer. Chaque fois que j’entendais l’accélération de ce moteur à l’extérieur, j’étais encore plus impatient d’apprendre à voler. C’était comme un appel. » Amber Philips, mécanicien d’aéronefs chez Quest Aircraft, Willowbrook, en Illinois

Commentez cet article